Le prix Nobel alternatif

Maryse Condé a reçu le prix Nobel alternatif 2018.

En réponse à la crise qui a frapée de plein fouet l'Académie suédoise en 2018, un prix Nobel alternatif de littérature a été décerné par La Nouvelle Académie (Den Nya Akademien)*, celle-ci étant composée de 101 membres: auteurs, acteurs, traducteurs, chanteurs, bibliothécaires et autres personnes désireuses de voir un prix attribué de façon démocratique.


*Source: https://www.expressen.se/noje/kandisarna-gar-samman-delar-ut-alternativt-nobelpris/

 

 

Condé, Maryse Robert Laffont, 248 pgs. "... Elle ne parlaitguère. Elle ne semblait pas curieuse, excitée comme ses compagnes, impatientesde commencer leur apostolat. En plus, sa couleur la mettait à part, cette peaunoire qui l'habillait comme un vêtement de grand deuil. Elle n'était pasfranchement négresse. Plutôt métisse d'on ne savait combien de races. Elle neportait pas l'habit religieux, n'ayant pas prononcé de vœux. Elle était vêtued'une stricte robe grise et portait autour du cou un foulard coupé en deux parun ruban qui soutenait une massive croix en or. Hiver comme été, matin, midi etsoir, elle ne quittait jamais ce foulard, toujours noué serré, assorti à lacouleur de ses vêtements. D'où sortait-elle ? De la Guadeloupe ou de laMartinique. Enfin, d'une de ces colonies qui n'ont de françaises que le nom,habitées par des nègres baptisés, qui font quand même bamboulas, jurent comme despaïens, battent le tambour et boivent des alcools forts... " Unenouvelle fois, avec la force et la cruauté qui hantent son œuvre, Maryse Condémet en scène le supplice des peuples opprimés et plus particulièrement celuides femmes martyrisées. Dans ce roman " endiablé " où les vivants etles morts se mêlent parfois amoureusement, Maryse Condé trace à l'encre rougesang le destin de Célanire Pinceau, bébé sacrifié à sa naissance sur l'autel dela réussite politique d'un Blanc et qui n'aura pas assez de toute sa vie pourse venger du crime dont elle a été la victime.